La France pourrait renoncer à des lignes de TGV

http://fr.news.yahoo.com/la-france-pourrait-renoncer-à-nouvelles-lignes-tgv-070455761–finance.html

 

 

La France pourrait renoncer à des lignes de TGV

ReutersReuters – il y a 17 minutes

 

 

 

PARIS (Reuters) – Le gouvernement pourrait renoncer à des projets de construction ou de prolongation de lignes ferroviaires à grande vitesse afin de restaurer l’équilibre des finances publiques, comme le préconisait récemment la Cour des Comptes.

Le volet transports du Grenelle de l’Environnement, qui prévoit notamment la construction de 14 nouvelles lignes de trains à grande vitesse (TGV) sur 2.000 kilomètres d’ici 2020, aurait un coût total de 260 milliards d’euros, dont 166 milliards de développement, d’après la Cour des comptes.

Le ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac a estimé mercredi qu’il faudrait « élaguer » dans les projets prévus.

« L’Etat, ceux qui le dirigeaient en son nom, ont prévu une multitude de projets sans avoir le début du commencement du moindre financement. Il y a eu un effet d’affichage », a-t-il déclaré sur France 2.

« Il faudra, je crois que la Cour des comptes a raison, élaguer dans les projets qui ont été proposés (…) Le gouvernement n’aura pas d’autre choix que de renoncer à certaines des options qui ont été privilégiées », a-t-il ajouté.

La SNCF s’est refusée à tout commentaire dans l’immédiat.

Les propos de Jérôme Cahuzac ont fait reculer en Bourse Eiffage et Vinci, deux groupes de BTP et de concession.

LES PROJETS ENGAGÉS SERONT POURSUIVIS

Le ministre délégué aux Transports Frédéric Cuvillier a indiqué qu’il se réunirait dans la journée avec les parlementaires de la commission concernée pour évoquer ce sujet.

Il a précisé à la sortie du conseil des ministres qu’aucune ligne TGV ne serait supprimée et que les projets déjà engagés seraient menés à terme. Trois des 14 lignes TGV prévues ont déjà été lancées, rappelle la Cour des comptes dans son rapport. Le gouvernement aura en revanche à faire un arbitrage sur les projet pas encore engagés.

« Il faut regarder quels sont les critères pour les choix, notamment lors de la rentrée où il y aura un débat sur les transports : quelle est la plus value des choix qui seront opérés en terme d’aménagement du territoire, de fracture territoriale, d’éléments de terme de croissance », a estimé Frédéric Cuvillier.

Le développement des lignes à grande vitesse sur le territoire français a durement concurrencé Air France, en grande difficulté et largement responsable des pertes du groupe franco-néerlandais formé avec la compagnie KLM.

Dans son rapport sur l’état des finances publiques publié début juillet, la Cour des comptes pointe du doigt les projets d’infrastructures de transport lancés sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy et dont 33% serait à la charge de l’Etat et 38% à la charge des collectivités territoriales. Elle cible plus particulièrement le programme ferroviaire.

Les nouvelles lignes TGV prévues « ne sont pas budgétairement soutenables » et « ni (leur) rentabilité financière, ni (leur) rentabilité socioéconomique, ni (leur) intérêt environnemental ne sont établis », écrit-elle.

MODERNISATION ET ENTRETIEN DU RÉSEAU EXISTANT

La Cour s’inquiète, entre autres, du lancement prochain de la liaison Lyon-Turin, qui devrait coûter 11 milliards d’euros pour la partie française. Elle déplore un manque de hiérarchisation des projets, et rappelle avoir déjà recommandé en 2011 aux pouvoirs publics d’accorder la priorité à la modernisation et à l’entretien du réseau ferroviaire existant.

Un message repris mercredi par Jérôme Cahuzac, qui a déploré le manque d’entretien du réseau secondaire.

« On peut se demander si prolonger telle ou telle ligne TGV pour un gain de temps marginal est préférable à l’entretien du réseau secondaire de transport ferroviaire, indispensable car utilisé par beaucoup », a-t-il dit sur France 2.

Six à 10 milliards d’euros de recette pourraient manquer pour tenir l’objectif de réduction du déficit public à 4,4% du PIB fin 2012, selon la Cour des comptes.

Le gouvernement espère donc faire des économies via une remise à plat des projets ferroviaires. Une annonce qui fait suite à celle de la ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot, qui a déclaré fin juin que le « Grand Paris » restait d’actualité mais devrait s’adapter aux contraintes budgétaires du nouveau gouvernement.

Le coût de ce vaste projet de remodelage de la région capitale avait également été épinglé par la Cour des comptes, qui l’estimait « incompatible avec la situation des finances publiques ».

Chine Labbé, avec Elizabeth Pineau, Thierry Lévêque et Pascale Denis, édité par Patrick Vignal

Publicités

Une réflexion sur “La France pourrait renoncer à des lignes de TGV

  1. L’arrivée de la concurrence au fret a mis 2 ,5 millions de camions en plus sur les routes ! Des trains tractés par des locomotives électriques sont passés au privé tractés par des diesels qui consomment 7 litres au kilomètre !

Vous aussi, exprimez vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s