Samedi 12 Octobre – Opération Pépinettes

Source : Courrier Picard du 11/10/2013 – par Julien Barbare

Jeudi matin, en gare d’Orry-la-Ville (Oise), le collectif « SNCFvamtuer » a organisé une action originale pour protester contre le manque de places dans les wagons.

pépinette train

Les membres du collectif « SNCFvamtuer », créé début 2012, après la mise en place des nouveaux horaires, ont organisé hier matin, dès 6 h 15, une action originale. Habituellement présents sur Internet, ils sont allés sur le terrain, en gare d’Orry-la-Ville, près de Chantilly (Oise), au contact des usagers de la ligne Paris-Saint-Quentin. Ils y ont distribué 1 500 « Pépinettes », des feuilles A4 plastifiées sur lesquelles on trouve un slogan : « Pepinette Picardie, et ton fessier ne s’ra pas sali ». Muni de sa Pépinette à disposer sous son fessier, tout un chacun pourra s’asseoir sur les marches, ou encore dans le compartiment à bagages, sans risquer de ruiner sa tenue de travail.

La SNCF en manque de trains

« Nous cherchions un moyen rigolo de protester contre le manque de places récurrent, explique Nora Muller-Conte, pour le collectif. Les usagers ont très bien reçu notre message. » De fait, difficile de trouver un habitué qui conteste le fond. À moins de monter en début de ligne, tous ont connu les désagréments d’un trajet passé debout, pressurisés par les autres voyageurs. Sur le blog du collectif (sncfvamtuer.wordpress.com), on n’hésite pas à parler de « bétaillères ».

Non, là c’est la forme qui pourrait faire débat. Si l’une des personnes que nous avons interrogées trouve l’idée « puérile ; je ne vois pas en quoi se moquer de la SNCF fait avancer les choses », d’autres trouvent le message « clair, efficace et pas trop vindicatif ».

Une volonté du collectif qui ne souhaite pas jeter l’opprobre sur les agents de terrain. « Nous échangeons très souvent avec eux, poursuit Nora Muller-Conte. Beaucoup nous comprennent mais sont malheureusement impuissants. » Pas d’agressivité non plus contre la direction régionale : « Je comprends qu’on agace. Nous avons conscience qu’ils font des efforts, mais ça ne marche pas. »

Ne niant pas le problème, la direction régionale de la SNCF assure travailler quotidiennement avec « SNCFvamtuer », comme avec d’autres. Problème : elle manque tout simplement de trains. « Nous sommes à la limite de la capacité, défend Thierry Aelvoët, directeur régional de la communication. Quand tout va bien, chacun trouve une place, mais dès qu’il y a un incident… »

Le Conseil régional a d’ores et déjà décidé d’investir dans de nouveaux trains. « Mais il faudra attendre 2017 », poursuit le responsable, conscient du désagrément immédiat subi par les usagers. « À plus court terme, nous envisageons plusieurs solutions, détaille-t-il. Louer du matériel dans d’autres régions, ce qui a été fait il y a quelques mois, ou ajouter des voitures dans les trains. »

Ceux à plus forte capacité, les TER à deux étages, comportent 1 370 places, pour neuf wagons. « Nous en avons ajouté un 10 e sur deux trains, mais cela ne suffit pas. On envisage de le faire sur tous les trains, mais cela pose un problème de sécurité. » Certaines gares, en effet, ont des quais trop courts pour accueillir dix wagons. « Nous travaillons avec Réseau ferré de France pour éventuellement agrandir des quais, conclut Thierry Aelvoët. Ou alors, nous pourrions supprimer des arrêts. »
JULIEN BARBARE

Notre commentaire
Bonjour
merci pour cet article qui reflète bien notre message et notre action.
Que quelqu’un la qualifie de « puérile » montre combien il est nécessaire de redire inlassablement les problèmes que nous rencontrons depuis le cadencement.
Non, Monsieur Aelvoet, quand tout va bien, il y a encore des trains structurellement sous-capacitaires. Si vous assistiez aux réunions collectifs/assoces et TER Picardie, vous le sauriez (je n’ose croire que le sachant vous ayez dit le contraire).

La réponse à cela n’est PAS, ne saurait PAS être des suppressions d’arrêt mais comme nous le proposons – et comme nous l’avons demandé au Collectif de Parlementaires, le retour de 2 intercités le matin et 2 le soir.
ha oui, mais là, RFF voudra pas donner ses sillons et ça concerne l’état et plus TER…
quand tout le monde arrêtera de jouer à la patate chaude, les actions seront enfin constructives.
RFF peut laisser IC ou TER accéder à d’autres sillons (après tout, on voit bien du frêt sur NOS sillons le matin, qui prennent la priorité sur NOUS)
La SNCF peut investir un peu de ses bénéfice en recrutement de personnel (entretien et cdb)

les élus peuvent faire l’union sacrée pour le bien de l’usager : oui, la droite a imposé le cadencement et oui, maintenant c’est la gauche au pouvoir. OK, ça c’est posé. Et maintenant? on fait quoi?

A tous les intervenants, nous voulons dire : laissons nos égos de côté, laissons nos prérogatives et fonctionnements automatiques et travaillons ensemble.

Le chômage est la première chose qu’on entend en allumant les infos nous sommes trop peu à connaitre le LUXE d’un métier et non d’un travail… et si cela se double de conditions physiquement éprouvantes – voire excluantes… Il est temps de remettre l HUMAIN au cœur du débat.

Publicités

5 réflexions sur “Samedi 12 Octobre – Opération Pépinettes

  1. Ah mais je vous ai pas raconté ?!

    Oh pourtant …

    Donc ayant oublié mon dépliant horaire chez moi (oui ça peut arriver), je décide donc pour consulter les horaires du retour sur l’appli Ter Mobile …
    A priori, jusque là ça se tient … C’est même plutôt logique non ?

    Je tape donc « Paris » en gare de départ et « Orry » en gare d’arrivée. Toujours logique non ?

    Et là ça me donne un train parfait : le 20:15 au départ de Paris Nord pour Amiens – Ter 848539-, omnibus de Orry à Amiens.
    J’arrive Gare du Nord à 20h.

    Vous le voyez venir le truc ou pas ?

    Bien sur le train de 20:15 … N’EXISTE PAS !!!!!
    Nan mais sérieux …

    Alors déjà ça c’est la boulette numéro 1.
    Mon premier reflex c’est d’aller voir les dépliants horaires dispo sur la plateforme …
    En effet pas de 20:15.
    Je trouve bien un Ter 848539 mais … il est origine Creil à 20:41 (direction Amiens).

    « Bonjour monsieur l’agent … [expliaction de la situation] »
    -« désolé monsieur. Je ne peux rien faire. Le prochain Ter est à 21:15 » (génial … 1h à attendre à Paris Nord !).
    -« et le train de 21:27 il ne peut pas faire un effort et desservir deux gares en plus ? »
    -« ah non c’est un IC pas un ter, et en plus déjà qu’il aura un peu de retard au départ on ne peut pas se permettre de le mettre encore plus en retard ».

    Les trains fantômes ..: c’est sympa comme concept non 😀 ?!

  2. Train de 10:39 à Orry: non affiché sur les panneaux/tv. Obligée de demander au guichet si le train passe. Réponse « oui oui ne vous inquiétez pas »
    Le train arrive, sans annonce tout le monde court vers l’avant du quai car c’est un train court.
    Le train est blindé de chez blindé (genre du monde debout dans les rangés en bas, en haut, sur les escaliers etc…)
    Arrivé à 11h04 à PNO avec des excuses du chef de bord pour les conditions de voyage.

Vous aussi, exprimez vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s