Lundi 9 Juin – Pas de désamour entre les usagers et la SNCF !

« Pas de désamour entre les usagers et la SNCF. Juste DE TEMPS EN TEMPS de la frustration et de la déception » qu’ils disent ! Tu parles !

A la veille d’une grève SNCF le 10/06/14 (lire ici), de la refonte des grilles horaires à partir de décembre 2014 qui va mettre à mal le quotidien de milliers d’usagers (lire ici), d’une régularité des trains chaotique depuis de longs mois, de voyages debout tassés et enfin de la suppression des contrôleurs dans les trains sur certaines lignes, tu parles que les usagers sont IN LOVE de la SNCF !

Les usagers aiment la SNCF et les trains quand et uniquement quand : on voyage à l’heure, on voyage assis et dans de bonnes conditions, on a le bon niveau d’informations et quand l’offre correspond à nos besoins … autant dire que depuis le cadencement, c’est loin d’être le cas !

Bref, nous vous laissons lire l’interview de Jésus Sanchez, le n°1 de la SNCF Picardie, paru dans Le Parisien, le 06/06/14 (merci à B.T.)

Jésus Sanchez : « Il n’y a pas de désamour entre les usagers et la SNCF »

 

L’entretien a eu lieu mardi dernier dans les locaux de la direction régionale à Amiens. Dans ce lieu qui longe les voies ferrées, le temps semble s’être figé aux années 1970, avec son mobilier vintage.

Bien sûr, la rencontre s’est déroulée dans une ambiance détendue. Pourquoi en aurait-il été autrement ? Les sujets sensibles de la SNCF Picardie (saturation des lignes, exaspération des usagers…) sont assumés. Jésus Sanchez est un homme du Sud et cela se voit. Surtout quand ses mains bougent pour accompagner les mots. L’entretien, sans langue de bois, ne s’est pas fait en tête à tête. Thierry Aelvoet, le directeur de la communication depuis dix ans, était là. Une présence qui révèle bien la place prépondérante prise par les communicants ces dernières années dans les entreprises. Thierry Aelvoet maîtrise les sujets, et surtout les chiffres. Quand Jésus Sanchez hésite sur l’un d’eux, Thierry Aelvoet intervient. Puis de temps en temps, le sympathique directeur de la communication (et accessoirement notre interlocuteur habituel) fait quelques incursions dans l’entretien. Mais on tient à le préciser : les réponses de l’interview sont 100 % Jésus Sanchez.

3903173_11-1-140134818_545x341

En janvier, Jésus Sanchez quitte la région Provence-Alpes-Cote-d’Azur, où il occupait le poste de directeur de ressources humaines, pour devenir le n° 1 régional de la SNCF en remplacement de Jean-Aimé Mougenot.

– « Quitter le soleil de la région Paca pour rejoindre la Picardie, cela veut dire que : a) Vous êtes fou ? b) C’est un passage obligé pour grimper dans la hiérarchie ? c) qu’il y a une autre raison ? « 

– JS: « Il doit y avoir un petit peu de « a ». Il y a un peu de « b » même si maintenant je suis arrivé à la dernière marche de mon parcours professionnel. Et aussi du « c ». Lorsque le patron vous demande d’aller servir l’entreprise à l’autre bout de la France, on a un réflexe de petit soldat. Mais en fait la vraie raison, c’est que c’est un challenge : prendre un poste de directeur régional est un poste d’aboutissement pour un cheminot qui est rentré à la base et qui a suivi un parcours de promotion interne. »

– « Quel regard portez-vous sur l’offre de transport globale en Picardie ? »

– JS: « La gare de Paris-Nord est l’une des plus importantes au monde en termes de fréquentation. Nous sommes à la limite de la saturation et nous n’avons pas de projets à moyen terme qui permettent de répondre à l’augmentation régulière de la demande. Cela va poser un problème dans 15-20 ans pour le développement de la Picardie et pour le transport dans le grand Bassin parisien en général. Nous avons un projet de liaison Roissy-Picardie qui va permettre de désaturer une partie du trafic. Mais je crains que cela ne soit pas suffisant. Cette saturation a des impacts aujourd’hui. Nos trains sont archi-pleins et l’on ne peut pas en mettre plus. Cela a aussi un impact sur ce que l’on appelle la robustesse du transport (NDLR : capacité du système à limiter, en cas d’aléa, un effet domino sur les horaires de trains). »

– « En avril, il y a eu la livraison du premier Régiolis sur le Laon-Paris. Quand les 16 autres vont-ils être déployés ? »

– JS: « C’est compliqué… Alstom a du mal à tenir le planning de livraison. Ce qui fait que nous sommes très prudents quant aux conditions de déploiement des Régiolis. Courant 2015, nous aurons reçu la commande. Ils circuleront sur les axes Paris-Laon, Laon-Amiens et Paris- Amiens. Pas sur le Beauvais-Paris. »

– « Combien de quais avez-vous dû « raboter » ? »

– JS: « Trente ont dû être légèrement modifiés. Nous avons été surpris par l’ampleur médiatique de ce sujet qui n’est pas polémique pour nous. C’est déjà arrivé et ça continuera à se faire avec des nouveaux matériels selon leur typologie. Nous allons bientôt recevoir sept Regio 2N, du matériel nouveau qui nécessitera de revoir certains profils de quais, 14 exactement. L’image de la SNCF a été injustement ternie. C’est un sujet que nous maîtrisons. »

– « En juillet, ce sera la fin de la présence systématique des contrôleurs sur le Beauvais-Paris. Pourquoi cette décision ? »

– JS: « On s’aperçoit avec le dispositif d’un contrôleur dans chaque train qu’on n’arrive pas à maîtriser la fraude. Cela représente aussi un coût important. La maîtrise des coûts passe par la lutte anti-fraude et un redéploiement des agents. Mais plus de la moitié des trains aura une présence à bord, que ce soit avec des équipes de contrôleurs, de sécurité ferroviaire, ou de médiateurs. »

– « Combien de temps va durer l’expérimentation avant d’être généralisée ? »

– JS: « Jusqu’à la fin 2015. Honnêtement, je ne sais pas si on va la généraliser. Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs. »

– « Pourquoi y a-t-il tant de décalage, voire de désamour, entre les usagers et la SNCF ? »

– JS: « Il n’y a pas de désamour entre les usagers et la SNCF. Il y a de temps en temps de la frustration, de la déception. La SNCF fait partie de ce que l’on imagine être la Nation. Ce que l’on peut lui reprocher, c’est de n’être pas suffisamment proche, attentive aux besoins des usagers. C’est un peu une tâche impossible car on doit à la fois répondre aux attentes particulières et à l’attente générale. »

– « Il y a des usagers en souffrance sur certaines lignes comme le Creil-Paris. Quelles solutions allez-vous mettre en place ? »

– JS: « Je ne vais pas promettre des choses que je ne pourrais pas tenir. Notre objectif est de garantir des trains à l’heure. Nous avons entrepris un travail de reconquête de fiabilité. Le service annuel 2015 (NDLR : nouvelle grille horaire) va apporter une réponse positive aux dysfonctionnements qui sont constatés tous les jours par les voyageurs du sud de l’Oise. On a mieux réparti les fréquences de départs de train. A destination de Creil, on est presque à un train tous les quarts d’heure. L’effet collatéral est pour les TGV. Au service annuel 2015, on va avoir deux TER de 1 200 places à 17 h 22 et 18 h 22, à la place de deux TGV de 350 places qui desservent Arras. »

 

Publicités

13 réflexions sur “Lundi 9 Juin – Pas de désamour entre les usagers et la SNCF !

  1. Allez ça commence bien 6h48 chantilly 10 mn de retard. Le guichet répond que c’est un pb de gestion du trafic mais qu’ils n’en savent pas plus. Tssss

  2. Pingback: Semaine du 10 au 15 juin – Vous avez dit galère(s) ? | SNCFvamtuer

    • Y’aurai pas un soucis dans la grille Paris/Creil par hasard ?
      Il y’a écrit Creil/Paris sur la première ligne alors que la gare de départ est Paris dans l’ordre des horaires pareil pour le retour 😕

  3. Bonjour
    Repos pour moi puisque les transports sont fériés !
    À préciser également que l’interview cité à été réalisé et « contrôlé » par le chargé de la com….
    Bonne journée sous les orages.

  4. Comme c est pratique de dire quand ça les arrange « la SNCF » et de détailler en sous familles quand ça les arrange plus…
    Je n ai riel.contre la SNCF
    J ai un problème avec la langue de bois de Pepy et les discours formatés qui suivent

    La.suppression des contrôleurs par ex. On les veut pour nous renseigner, nous.accompagner… un.contrôleur seul ne nous contrôle pas les billets, on le.sait. mais il est bien là et ce n est pas mettre la charrue avant les boeufs de s inquiéter de leur disparition plus que programmée

    Le.sa 2015. Un ter toutes les 15 minutes? On n a pas les mm fiches horaires… leur priorité est de nous faire arriver à l heure
    Mais oubliez les conditions : debout trop souvent. Regardez les commentaires des deux semaines passées…

    Y aura plus de desamour quand on arretera de nous prendre pour des buses avec des elements de langage dignes des politiques

  5. Bonjour
    Lundi de Pentecôte, je travaille mais pas confiance a la SNCF pour me véhiculer
    Je suis partir hier soir en voiture avec des amis et je squatte à Paris
    Métro blindés évidemment
    Bon courage à ceux qui travaillent

Vous aussi, exprimez vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s