SNCFVat’tueR (ou « papa est rentré »)

Loin de nos compos courtes picardes (visiblement encore des pannes à déplorer, les nouvelles rames sont attendues avec une impatience grandissante…) nous ne résistons pas au partage du témoignage perturbant d’un conducteur d’une autre région. 

ou quand la SNCF va te tuer… mais que c’est de ta faute…

 

« Hier sur mon train direction Annecy, entre Chambéry et AIX.
Je roule à 150 km/h (normal) donc regard fixe au loin de préférence.
Une voiture franchit en chicane un passage à niveau à mon approche (environ 700m) et comme son pote était derrière ( en voiture aussi ) il réfléchit malgré mes sifflets et mon freinage et franchit lui aussi le passage à niveau…..
Malgré le freinage d urgence on n’est pas passé loin de la cata…

Bref. J’arrive AIX où j ai 5 min d’arrêt. Je fais redescendre la pression (mais dans ma tete ça trotte un peu) pour pouvoir finir mon service jusqu’à Annecy dans les meilleures conditions de circulation.

Une fois à Annecy, pause de 20 minutes. Le temps de préparer mon train et passer aux toilettes. Je repars « serein ».

10 km après mon départ, j’aperçois près des voies un couple en balade. Je vois le mec qui décide de vite monter sur les voies pour mettre du ballast (caillou) sur un rail alors que j arrive à 110 km/h et ce malgré  mon freinage et mes sifflets….

Dans ma tête, la trotteuse se remet en route…

Il faut faire redescendre la pression tout en conduisant le train

Les 5 min de pause à AIX (oui encore) m’y aideront. Mais le dicton dit jamais 2 sans 3

Va-t-il s appliquer ?

Il reste encore 200 kms… Ca va être long avec ce suspens.

Entre Chambéry et Grenoble, en pleine ligne droite, je roule à 140 km/h, donc une bonne visibilité (pas de brouillard). J’aborde la gare de Goncelin, où je n’ai pas à m’arrêter.

Goncelin est à 500 m de moi quand j aperçois un jeune gars en équilibre sur le bord du quai. Je siffle donc et freine fort. Il m’entend et s’éloigne donc mais je distingue une masse noire sur le quai (avec la vitesse et la distance difficile a évalué).

Mon freinage est au maximum et le sifflet aussi : un autre jeune était couché sur le quai la tête au bord du quai ! Il se redresse au dernier moment…..

Bon à ce moment je suis soulagé…. Il ne peut plus rien arriver (it le dicton )

Le reste de mon service se passera sans encombres.  

Retour maison. « Papa est rentré ». 

Journée « normale » jusqu’à la prochaine fois. »

Merci Chris de nous avoir permis de publier ce témoignage.

 

Publicités

Vous aussi, exprimez vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s