Jour de colère

Nos conditions de transport (ou de non transport, de fait…) durant la grève est pour moi l’arbre qui cache la forêt. La grève, c’est le constat d’un échec…
Après deux jours de système D – dont du télétravail, puisque j ‘ai la chance de pouvoir en faire, un retour à la normale hier. C’est à dire une reprise avec fatalement des trains non dispos (conséquence directe de la grève) et les ennuis habituels. Un 17h43 en compo courte et des problèmes de signalisation le matin en sont deux bons exemples.

Mais ce matin, c’est vendredi, la reprise devrait être totale et en toute confiance je marche vers la gare.
6h35 Orry en compo courte, sans SMS d’alterte et dans la mesure où notre confiance en la fiabilité du service est limitée, je le prends plutôt que d’attendre le 6h52. Vous connaissez l’adage « un train tu l’as vaut mieux que le deuxième tu l’auras pas. »

A bord, debout – mais futée, je ne porte pas (plus…) de talons ce qui m’assure un semblant d’équilibre car on se tient à ce qu on peut, barre ou humain – je twitte ma colère.
Les usagers sont brinquebalés ou assis au sol, visages fermés, le trajet est subi plutôt que vécu et inévitablement les conversations tournent autour de la SNCF.

Normal : les sms annonçant des retards pour « panne de signalisation » se succèdent.

Au moment de descendre, un usager dit plus ou moins à la cantonade qu’il est heureux qu’au JT de France 3 il n’aient pas trouvé de neuneu d’usager pour soutenir la grève.
Evidemment, remontée déjà comme un coucou par l’incurie quotidienne, fatiguée par les accumulations de gestion de merde qui rendent toute forme de pédagogie (si chère à not’ Président) impossible, agacée par les raccourcis qui nous font nous tromper de combat, je ne peux m’empêcher de rétorquer que la neuneu, ce devait être moi mais qu’une grève chez F3 m’en a empêchée et d’ajouter « ce qui me gêne, ce sont nos conditions de transport au quotidien… est-ce qu on voyagera mieux quand le statut des cheminots aura été éradiqué ?« . Réponse honnête « non ». Mais, complète ce monsieur « oui, on a quelque chose à dire sur leur statut car c’est nous qui payons« .

Dans ce cas, soyons cohérents. Ayons un droit de dire et soyons aussi virulents sur la juste utilisation de nos impôts devraient en priorité aller vers l’essentiel. La santé et l’éducation. Le transport sur le territoire accessible à tous (routes, trains, pour valides et personnes à mobilité réduite), puis aux services des collectivités, les élus… et s’il en reste, pourquoi pas permettre aux médias de redevenir autonomes… qui entendons-nous questionner « les françaiseZélesfrançais » sur ça ?

Je parie que si les grévistes réussissaient comme certains d’entre eux le demandent à faire la grève de la gratuité, tous les usagers les soutiendraient et n’auraient pas plus d’avis sur le statut des cheminots que sur les avantages chez EDF ou Air France. Je parie d’ailleurs que Brunet et compagnie arrêteraient de demander à Madame Michu ce qu’elle en pense…
Attention, je comprends tout à fait ce qu’on ressent quand on est pénalisé dans ses déplacement, je le vis. Mais j ai mon avis sur la façon dont on aurait pu éviter ce mouvement social et non, ça ne passe pas par la suppression du droit de grève ou sa limitation à un port de brassard.

Je parie aussi que les gens n’ont pas pris le temps de lire les revirements et les points d’interrogation sur le sujet de la « dette », toujours avancée pour nous prouver combien le cheminot nous coûte cher (#nocomment) . Même les Echos – journal difficilement gauchiasse – s’est fendu d’un article sur le sujet qui pousse à la réflexion.

893 postes supprimés. ça, c’est la réalité, moins de gens pour les missions. Pour mettre en parallèle, par manque de collègue, il me reste 14 jours de congés non payés 2017 que je ne peux ni prendre, ni mettre dans mon CET déjà plein et toujours pas payés. Demandez vous, la prochaine fois qu’on souffre par manque de personnel, si vous poseriez vos jours ou si vous feriez passer votre travail avant le reste…

Parlons aux gens de concret : la fermeture de certains lignes, les gares qui deviennent au mieux des arrêts (avec toute l’hypocrisie nécessaire : ça ne ferme pas mais aux régions de trouver l’argent pour que ça reste ouvert)… aux déserts qu’on crée de facto – et qu’on décline de temps en temps en désert « médical » pour masquer la mort de villages ou petits villes entières… Prenons le temps de la nuance et d’une réflexion plus globale… Car aujourd’hui, entre spinetta et autres, qui parle de nous ? quelles sont les solutions (mise à part les effets secondaires d’un retour à UNE entité) proposées pour un retour à des conditions de transport décentes ?

Je ne suis pas contre la réforme. Il faut réformer et d’ailleurs, je suis POUR le retour à une SNCF (oui, je pensais que c’était le cas, mais en réalité au fil de notre action, nous avons compris que non, y’a gare et connexion, réseau, mobilité…) , avec un organigramme clair, des responsables investis. Nous espérons un apprentissage des erreurs et une écoute des besoins exprimés par ceux sur le terrain, dont les usagers.

Enfin, usagers, voici une pétition que nous soutenons pour obtenir le remboursement du transport pour avril, mai et juin…

Pensez aussi à vos billets renards et ayez au moins le courage de dire « usager en grève » lors de contrôles éventuels et le pourquoi – les deux pipoteurs d’hier sans billet étaient plutôt pathétiques avec leurs inventions d’excuse… un quinqua et une dame âgée, pas convaincants du tout –  On sort son billet renard, on dit pourquoi et basta

Publicités

4 réflexions sur “Jour de colère

  1. Bonjour et merci pour ce nouvel article !
    Vous nous avez littéralement enlevé les mots de la bouche.
    Quelle que soit la région le « non-service » est identique.
    C’est le vrai problème et le vrai enjeu de la réforme ferroviaire mais il n’est réellement évoqué par… personne, si ce n;est semble t’il les collectifs et associations d’usagers !

  2. La ligne Toulouse Auch , 8000 voyageurs par jour est classée non rentable d’après un article de la Dépêche du Midi ! Les rapports financiers éventuels des lignes ont déjà été évalués avant le partage du gâteau !

  3. Bonjour,

    merci pour cet article, clair, direct, précis comme d’habitude, ne tirons pas sur les lampistes qui sont eux aussi victimes de ce foutoir !

    A titre perso, je me lève à cinq heures, je fonce à Paris en bagnole (parce que je peux et que je sais où la garer dans la cour), je monte dans mon beau bureau à la direction générale (ça, c’est pour lever des ambiguïtés), et je soutiens les grévistes, sur la forme comme sur le fond.

    Que maintenant tout ce petit monde de Gaulois têtus se retrouve autour de la table avec la volonté d’avancer si possible, sans tout bloquer certes mais sans prétendre gouverner en force (non plus) et en accumulant les provocations, et qu’il soit analysé ce qui peut-être mis en place pour que tout le monde, usagers y compris, s’y retrouve enfin.
    Parce que merde, qu’une fois pour toute on puisse prendre le train, à l’heure et assis !
    Tcou tchou.

    Yves

Vous aussi, exprimez vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s