Une grève du billet = 1 prune à 100€ !!!

Vous vous souvenez certainement de l’histoire d’Arnaud Joly, abonné sur le trajet Compiègne – Paris, arrêté et verbalisé en décembre dernier pour avoir fait…la grève de présentation du billet !

http://www.courrier-picard.fr/78890/article/2017-12-19/sncf-un-usager-compiegnois-arrete-pour-avoir-refuse-de-presenter-son-billet

Une cagnotte leetchi vient d’être lancée !!

https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-arnaud-j

Si la cagnotte lui sera bien évidemment intégralement reversée le but n’est pas de rembourser l’amende payée par ce dangereux délinquant (⚠ second degré ⚠). Voyons-y plutôt un remerciement pour avoir permis de faire parler une nouvelle fois des problèmes rencontrés par les usagers des TER Hauts-de-France !

N’hésitez pas à partager massivement. L’objectif est de faire un second article dans le Courrier Picard lors de la remise de la somme collectée…

Merci à tous pour votre mobilisation !

df68da6c

Publicités

COMPTE RENDU DU CORETER DU 11 DÉCEMBRE 2017 – ÉTOILE DE CREIL

 

reunionite

Étaient présents :

M. Didier RUMEAU – Conseiller régional des Hauts-de-France – Commission transport

Mme Manoëlle MARTIN – Vice-Présidente du Conseil Régional Hauts-de-France

M. Dominique NORMANT – Directeur adjoint de l’activité TER Picardie

M. Yves DUBREUCQ – Responsable commercial Pôle client et service SNCF réseau

M. Matthias DESMARETZ – Direction des transports au Conseil régional des HdF

En introduction, M. RUMEAU excuse M. DERSIN et M. FOUTRY de ne pouvoir être présents.

  1. Négociation de la nouvelle convention TER

TER Picardie – fin de la convention actuelle fin 2018

TER Nord Pas de Calais – clause de revoyure de l’actuelle convention avant le 31/12/2018

Intercités (Train d’équilibre du territoire – TET) : Janvier 2019 – reprise de l’activité par la région.

Objectifs fixés par M. Xavier BERTRAND pour la négociation de la future convention :

  • Gamme tarifaire unique pour toute la région
  • Maitrise des coûts
  • Amélioration de la qualité de service
  • Offre TER adaptée aux nouveaux besoins
  • Intégration TET à l’offre TER
  • Développement de la sécurité dans les gares et les TER
  1. Nouveauté TER
  • Extension du support Pass

Actuellement déployé en Nord Pas de Calais, le dispositif sera généralisé dans toute la région en Janvier 2019 pour les abonnés actifs puis en juin 2019 pour les étudiants.

3 relais billettiques fixes : Amiens, Creil et Saint Quentin

2 relais mobiles sillonnant les HdF

222 valideuses dans les gares

  • Securi’TER

Gratuité du TER pour les forces de sécurité (police nationale, gendarmerie nationale, douane, pompiers, police municipale…) de l’abonnement entre domicile et travail

Dispositif mis en place en mars 2017, fin septembre : 1042 droits valables 1an ont été émis.

  • Point de contact unique TER HdF

Nouveau site TER HdF en remplacement du site Picardie et site Nord Pas de Calais

Numéro vert 0 805 50 60 70

  1. Point sur nos lignes – Chantiers prévus sur le versant sud de la région 2018
  • Renouvellement des voies entre Chantilly et Orry: 2 voies seront renouvelées. 17km de voies remplacées.
    • Du 3 au 14 avril (23h50 – 4h30)
    • Du 20 août – 13 octobre (plages horaires similaires)
    • Allongement du temps de parcours de 3 minutes (limitations de vitesse)
  • Renouvellement d’une buse en béton sous les voies à Jaux
    • 26 février au 17 mars (23h45 à 5h02)
    • Week end d’interruption du 9 au 12 mars
    • Allongement du temps de parcours de 3 minutes
  • Travaux d’augmentation de capacité de la gare de Creil: 65 des 83 aiguillages ont été remplacés (35 en 2016 et 30 en 2017). Cela correspond au nombre d’aiguillages remplacés en 1 an en île de France il y a 5 ans.
  • Concept de terminus de 2 trains d’origine opposée sur une même voie (fin 2020)
  1. Régularité

L’automne a été difficile mais 4 points de régularité gagnés par rapport à 2016…c’est tout ce qui sera dit sur le sujet de la régularité…

  1. Amélioration des pôles d’attente et travaux en gare

Travaux d’isolation, remplacement des guichets, changement du mobilier d’attente, portes électriques, mise en accessibilité, signalétique, éclairage…Ces travaux sont financés à 25% par la SNCF et 75% par la Région.

  • Travaux prévus ou en cours de réalisation à Longueuil, Creil, Compiègne, Laigneville
  • Rantigny : Étude réalisée, projet à valider par le CR (390 000€)
  • Chantilly Gouvieux : mise en accessibilité, nouveaux stationnements prévus. Actuellement en recherche de cofinancement avant de lancement des travaux.
  1. Projet de liaison Creil – Roissy

6km de voies (en Val d’Oise) pour relier la LGV au réseau classique Creil/Amiens/Compiègne : 305 M€. Le conseil régional rappelle que le barreau Creil Roissy ne sera pas sacrifié au profit d’un autre projet.

Objectifs :

  • Raccorder la Picardie au réseau grande vitesse
  • Créer nouvel accès à l’Ile de France pour les voyageurs picards
  • Améliorer les déplacements quotidiens
  1. Echanges avec la salle :

M. COSMA (Lutèce) demande que les associations soient associées aux discussions autour de la nouvelle convention.

M DESMARETZ : Un temps d’échange avec les associations sera prévu et une participation aux commissions possible. Dans l’immédiat les discussions entre région et SNCF visent à préparer les négociations avec la SNCF. Il est possible d’envoyer dès maintenant au conseil régional (M DESMARETZ) les points que les associations souhaitent aborder.

M. COSMA demande ensuite la mise en place de calendriers des travaux avec une prévisions sur plusieurs trimestres, les fiches horaires ayant une durée de validité très courte.

M NORMANT : Une proposition sera faite aux associations dans ce sens. M Normant ne garantit pas de pouvoir communiquer sur les horaires modifiés en raison des travaux avec un préavis aussi important.

M. COSMA soulève le problème du train partant à 22h34 de PNO vers St Quentin : Celui-ci est souvent terminus Compiègne en raison de travaux après Compiègne => rallongement du temps de trajet vers St Quentin (car)

M NORMANT : Il faut des plages suffisamment longues. Les travaux débutent 1h après le dernier train et se terminent 1h avant le premier train (acheminement du matériel…). Sans supprimer le train cela laisse 2h de travaux ce qui est insuffisant.

M. COSMA évoque enfin le cas de la gare de Compiègne. D’une part les installations sont vieillissantes d’autre part l’accessibilité est perfectible (unique escalier d’accès au quai, passage trop étroit…)

M NORMANT : Sur les équipements les installations sont effectivement vieillissantes. Les travaux sont envisagés mais pas d’échéances prévues dans l’immédiat. Concernant l’accessibilité, aucun nouveau sous terrain n’est prévu.

Un usager de Villers Saint Paul regrette que les bus ne soient pas calés sur les horaires

M NORMANT : Le transport urbain n’est du ressort ni de la région ni de la SNCF mais SNCF et CR vont se rapprocher de la STAC pour étudier la possibilité de modifier les horaires de bus, sans garantie que les discussions aboutissent.

Mme DUPART (FNAUT Haut de France) soulève qu’un CORETER à Compiègne serait justifié.

M RUMEAU : Il y avait un CORETER il y a un an, 2 il y a 6 mois. Il y a du mieux ! L’organisation d’un CORETER à Compiègne est envisageable !

Mme DUPART s’interroge ensuite sur les suppressions de trains pendant les fêtes, et sur le court préavis avec lequel l’information a été communiqué aux usagers.

M DESMARETZ : La fréquentation est différente durant cette période (moins d’actifs, plus de passagers loisir). La région doit faire des économies, elle le fait en supprimant les trains les moins utilisés. En cas d’erreurs sur les suppressions d’un train très demandé, ne pas hésiter à le faire remonter à la région.

M MARX (Lutèce) souligne la réactivité de la SNCF pour trouver des solutions de substitution lors de grosses perturbations en heures ouvrables mais l’absence de gestion de ces mêmes situations en soirée ou le week end.

M NORMANT : Il est difficile de trouver des cars disponibles avec un court préavis dans le sud de l’Oise. La SNCF a passé un contrat avec une entreprise creilloise afin de disposer de 2 car de réserve pour faire face à ces difficultés d’exploitation. Ce dispositif est unique en France.

Une usagère de Laigneville note un problème de desserte de cette gare avec un train/heure voire toutes les 2h.

M DESMARETZ : Faire circuler un train coute à la région entre 300 000 et 400 000 €/an (pas certain du chiffre). Dans ce contexte des choix sont nécessaires.

L’usagère avance alors la piste d’arrêts supplémentaires d’Intercités passant en gare de Laigneville.

M NORMANT : La région est autorité organisatrice pour les TER alors que c’est l’Etat pour les Intercités. En 2019, lors du transfert de compétence de l’Etat vers la région, l’option pourra être étudiée.

Mme MARTIN : En 2000 les usagers des TER Picardie payaient 40% du coût de l’abonnement, aujourd’hui c’est 27%. La question financière est centrale dans la décision de faire circuler ou non certains trains et de desservir ou non certaines gares. Elle rappelle que la région est la seule collectivité à ne prélever aucun impôt avec des dotations de l’état en baisse. 

M LAMOTTE (AUTAN) rappelle qu’autrefois il existait deux CORETER dans l’Aisne, aujourd’hui il n’y en a plus qu’un.

M DESMARETZ : Le CR est prêt à étudier l’organisation d’un second CORETER

M LAMOTTE revient ensuite sur les difficultés rencontrées par les usagers de la ligne Saint Quentin – Maubeuge.

M RUMEAU : sur cette ligne l’achat de matériel neuf est prévu mais la région est dans l’attente de la confirmation du versement des 250M€ de l’Etat. Les deux conditions de reprise des lignes Intercités par la région sont en effet la couverture par l’Etat de l’achat de matériel neuf et la compensation financière de la reprise de ces lignes déficitaires.

M LAMOTTE revient enfin sur l’absence de fiches horaires imprimées en gare.

M NORMAND : Sur demande l’agent au guichet doit imprimer la fiche horaire demandée. Un rappel en ce sens va être fait et des tests menés par des clients mystères vont être réalisés.

Une usagère de la gare de Creil s’interroge sur la composition souvent courte des trains en provenance d’Amiens et sur le manque d’information en gare sur ces compositions alors que celles-ci sont a priori connues de la SNCF.

M NORMAND : la SNCF fait face à un manque de matériel => En cas d’incident la situation est tendue. De plus, suite à l’accident survenu en juin sur un passage à niveau la rame a été placée sous scellé par le juge d’instruction. Depuis hier de nouvelles rame V2N (capacité de 750 places) circulent sur la région.

Un usager de la gare de Compiègne relève le manque d’information dont disposent les agents en gare. Il souligne que ceux-ci ont souvent de moins d’informations que les usagers connectés aux réseaux sociaux et à l’appli SNCF.

M NORMANT : Il y a des difficultés sur l’information voyageurs. La SNCF ne maitrise pas toujours tous les paramètres (délai d’intervention des démineurs, intervention des forces de l’ordre…). Des pistes sont à l’étude : aujourd’hui les canaux d’information interne sont multiples, l’objectif est de tendre vers une source unique. Les agents sont en train d’être équipés de smartphones afin de disposer de la même information que les voyageurs. L’appli SNCF est en cours d’amélioration afin d’apprendre des habitudes de transport des voyageurs et de pouvoir avertir les usagers plus tôt (?).