L’ordinaire, c’est plus super…

Jour de trajets hors grève.

+15 mins ce matin. +67 ce midi. Annonces en gare inexistantes.

Appli approximative (j ai soit disant +40 quand en réalité j attends encore – il sera annoncé en départ à 12h22… même nul en maths ça fait pas +30 ou + 40)

Pour survivre désormais, il faut ordi et smartphones.

Comment exclure les modestes, les personnes âgées, aux légers handicaps, les illettrés…

Et cette nouveauté, dès demain, vous l aimez?

Publicités

Y’a pas que les grèves dans nos vies de TERriens en détresse

Y’a aussi le quotidien. Merci Babar* pour ce témoignage édifiant…

Une chose que nous ajoutons : interrogé sur le sujet, le personnel terrain que nous rencontrons répond « gêne » « honte » et ras le bol »…

Alors, qui à la SNCF est fier de ce résultat ? Qui à la SNCF nous gave de discours méthode-coué  ? Qui ose encore dépenser ailleurs qu’en maintenance rames et réseau, info, et personnel terrain ? Qui claque en séminaires coûteux et sans effets pour nous, en outils de coms’ inutiles et autres petits fours?

Les responsables de la situation que nous subissons… à qui nous souhaitons du fond du coeur avoir un jour besoin d’un soignant en retard à cause de leur gestion de merde. Là, ils comprendront peut-être.

 

témoignage retiré à la demande de l auteur

Au théâtre ce soir : « de l’importance de la pertinence »

Comédie dramatique (2018) de Renarde Creilloise – Extrait du monologue dit de la Renarde exaspérée

Un mardi soir de février, gare du nord puis gare de Creil – avec dans les rôles principaux Gaelle, renarde Creilloise, des usagers épuisés et du personnel missionné pour contrôler sans prise de conscience du non-service récurrent…

« voilà ce que je vais écrire à la SNCF… On verra s’ils répondent…
Mardi soir, contrôle des billets avant l’accès au train à Paris Nord… Pénible quand il reste peu de temps et que le monde se presse, mais soit. Un agent regarde mon billet, me laisse passer. Sa collègue a visiblement trouvé que le contrôle était trop rapide et me prend le billet des mains, n’écoutant pas ce que je lui dis… Pour la civilité, on repassera…

Le train part un peu en retard et effectivement, on a bien +10 à l’arrivée – on le voit aux écrans, car les excuses sont inexistantes. Ce n’est pourtant pas le personnel qui manque : contrôle à l’arrivée !
Nous avions déjà TOUS été contrôlés à Paris, quel était l’intérêt de recommencer à Creil (ne me répondez pas que vous les 3 ou 4 passagers de Chantilly ou Orry justifient ce déploiement!), avec un train en retard en plus ! Le seul résultat : faire sortir les usagers de leurs gonds… Oui parce que la SNCF appelle les usagers des clients désormais, pourtant des CLIENTS sont en droit d’attendre un service et de l’amabilité de la part des fournisseurs non ? Pas d’être considérés comme des voleurs ou des fraudeurs ou je ne sais quoi d’autre… Faudrait nous expliquer le manque de communication entre les équipes ou le pourquoi du comment de ce nouveau contrôle à la descente du train …

Les sourires commerciaux et la politesse appuyée que les agents opposent à toute tentative de discussion (on sent que la formation a été efficace sur ce point) achèvent nos nerfs déjà à rude épreuve. »