L’homme du train (aussi)(parenthèse)

 

Publicités

Conditions de transport TER Hauts-de-France – Lettre à M. Bertrand

Monsieur Xavier BERTRAND
Président du conseil régional des Hauts-de-France
151 avenue du Président Hoover
59555 LILLE Cedex

MARGNY LES COMPIEGNE, le 4 décembre 2017

 

Objet : Conditions de transport dégradées sur l’axe ferroviaire Saint Quentin – Paris

 

Monsieur le Président,

 

9h : c’est la durée de mes journées de travail. C’est également le temps que j’ai perdu au mois de novembre dans les incessants retards de train que je subis quotidiennement sur les trajets entre mon domicile et mon lieu de travail.

Depuis quelques années j’entends parler des difficultés rencontrées par les usagers des lignes TER Hauts-de-France. Habitant à Compiègne et travaillant à Paris depuis le 1er septembre 2017 je suis aujourd’hui confronté quotidiennement à ces difficultés. Je découvre des conditions de transport et une qualité de service dont je ne pouvais jusqu’alors soupçonner la médiocrité.

Les conséquences de ces conditions de transport déplorables sont nombreuses, on vous en a probablement fait part à de nombreuses reprises depuis votre arrivée à la tête de notre région. Stress, agressivité, fatigue, vie de famille perturbée, hausse des frais de garde des enfants… Ce ne sont là que quelques conséquences des dysfonctionnements de la SNCF dans notre région.
D’après un rapport de l’Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST), 2 milliards de minutes ont été perdues par les usagers du rail en 2016 (TGV, Intercités, TER, RER…). L’AQST pointe également une perte de valeur économique d’1,5Milliard € par an. Ces chiffres, aussi impressionnants soient ils, n’illustrent pourtant pas suffisamment le quotidien des usagers du rail. Je relève donc, depuis plusieurs semaines, l’ensemble de mes temps de trajet. Au mois de novembre, sur l’itinéraire Compiègne – Paris, j’ai subi 4h58 de retard le matin et 4h le soir soit un total de 8h58. 24 trains sur les 38 que j’ai emprunté ont connu un retard d’au moins 6 min soit une régularité de 36,8%.

Ces chiffres traduisent le quotidien des usagers de la ligne Saint Quentin – Compiègne – Paris qui ne sont pourtant pas les moins bien lotis des usagers des lignes Picardes. Amiénois, beauvaisiens et laonnois ne pourraient que vous confirmer cela. Nous sommes donc, pour l’immense majorité d’entre nous, bien loin des 90% de régularité fièrement affichés par la SNCF pour les lignes TER Hauts-de-France. Seuls les trains quasiment vides circulant en heures creuses permettent à la SNCF d’afficher une régularité aussi flatteuse. Un objectif sur le taux de régularité des TER en heures de pointe pourrait d’ailleurs apparaître dans la future convention.

Je fais partie de ceux qui suivent votre action et je me souviens que le transport était une de vos priorités pour la région. Vous vous faisiez d’ailleurs le porte parole des usagers réclamant des transports triple A « À l’heure, assis, averti ». Aujourd’hui, force est de constater qu’en dépit de vos efforts que je sais nombreux, en témoignent votre engagement pour sauver certaines lignes Intercités, ou votre prise de position récente
sur la situation de la ligne Laon – Paris, la situation est très loin d’être satisfaisante et se détériore même aux dires des usagers de longue date.

A l’heure de renégocier la convention liant la région à la SNCF, les usagers, que je n’ai pas la prétention de représenter mais dont je devine aisément les attentes, demandent à la région de tout mettre en œuvre pour s’assurer que le service rendu par le futur opérateur de transport ferroviaire soit de qualité.De nombreuses associations et collectifs d’usagers (LUTECE, SNCFVamtuer, Autan…) réunissent des utilisateurs de ces « trains du quotidien » dont l’importance est si souvent soulignée par la classe politique, mais qui sont abandonnés, tant par la SNCF que par l’Etat, pourtant peu avares de grandes déclarations sur ce thème. Ces associations portent la voie de milliers d’usagers mécontents de leurs conditions de transports et seront à n’en pas douter des alliés précieux pour le nouveau vice président de la région en charge des transports, M. Dhersin. Leurs propositions, concrètes, sur les compositions de trains, les grilles horaires, les dessertes, l’information des usagers… ont pour seule ambition l’amélioration du service.

De plus en plus souvent nous apprenons par les fils Twitter de ces associations, les départs d’usagers qui, lassés par leurs conditions de transport, quittent la Picardie pour se rapprocher de leur travail en région parisienne. Ces départs avaient d’ailleurs fait l’objet d’un article du parisien en novembre 2016. L’INSEE met en avant dans sa dernière étude démographique un solde migratoire fortement négatif pour la région Hauts-de-France entre 1990 et 2012. La situation économique dans certaines zones en est la raison principale. Dans ce contexte, notre territoire peut-il se permettre de laisser partir ceux qui ont un travail et contribuent à dynamiser des bassins en pleine paupérisation ? Nous savons votre attachement à cette région, il est certain que vous ne pouvez vous satisfaire de ces départs forcés.

En pleines assises de la mobilité et à l’aube des grands chantiers que sont la renégociation de la convention TER et l’ouverture prochaine à la concurrence des lignes sous contrat de service public, mon seul souhait, est de voir ce témoignage n’être bientôt plus qu’un mauvais souvenir.

9h perdues en novembre, 4h10 en octobre, des dizaines d’heures gaspillées tous les ans…

Avec mes sincères remerciements pour le temps que vous aurez consacré à la lecture de ce témoignage, je vous prie d’agréer, monsieur le Président, l’expression de ma considération la plus distinguée.

Copies à :
Mme. Elisabeth BORNE – Ministre chargée des transports
M. Franck DHERSIN – Vice-président de la région Hauts-de-France en charge des transports
M. Éric WOERTH – Député de la 4ème circonscription de l’Oise
Mme. Carole BUREAU-BONNARD – Député de la 6ème circonscription de l’Oise
M. Philippe MARINI – Maire de Compiègne, Président de l’agglomération de la région de Compiègne
M. Guillaume PEPY – Président directeur général de la SNCF
M. Jacky LYON – Directeur régional SNCF Mobilité Hauts-de-France
M. Dominique NORMANT – Directeur adjoint TER Picardie
Association UFC Que choisir
Le Parisien
Courrier Picard

Bilan nov

Encore une sale semaine…

1h50 de retard cette semaine, soit 3 trajets Compiègne – Paris…

Je ne parle pas des 40% de régularité, en hausse par rapport à la semaine dernière…mais toujours à des années lumière d’un taux régularité satisfaisant…

Bref…vivement la fin de l’automne, l’arrivée de nouvelles rames, des aiguillages qui fonctionnent, des passages à niveau qui se ferment au passage d’un train et se relèvent après…

Image-1