Liberté (de circuler), égalité (devant les galères), Fraternité (#DTC)

Je ne sais pas combien ça nous coûte, le train, en vrai…
Pas seulement nos abonnements, non, mais aussi de façon indirecte.
Car ce que donne la région ne pousse pas dans les arbres. Ça vient de nos impôts.
Et moi, mes impôts, j ai à cœur qu’ils soient non pas rentables mais utiles. Et bien utilisés.

Que chaque euro qui est collecté soit utilisé pour un service public juste, équitable dans les 3 domaines essentiels à l’équilibre d’un peuple : instruction, santé et égalité d’équilibre du territoire.

Pourtant…. Y’a ceux qui vivent dans les Paris Lyon Bordeaux and co,
ceux s’entassent au plus près des grandes villes dans des dortoirs périphériques plus ou moins coquets, toujours en extension, chroniques d’implosions annoncées…
ceux qui n’ont pas les moyens et s’éloignent ou restent dans les campagnes mais puisque le travail ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval…

on se retrouve tous dans des trains de plus en plus remplis, (résultante de constructions massives dans nos petits coins et de l impossibilité de mettre moins de deux heures pour faire 45 km) dès 6h pour assurer notre transhumance de troupeaux bipèdes. Dans le meilleur des cas, Nord, Sud, Est ou Ouest, il nous reste encore des gares… Mais le meilleur des cas se traduit aussi hélas par des retards, des trains bondés, du stress inutile dès 6h00. Avant on avait UN train dit le maudit et un jour plus pourri que les autres. Le jeudi a débordé sur le reste de semaine et on peine à trouver des qualificatifs pour les lundi mardis mercredi et vendredi moisis… C’est pas mieux le week-end. Dimanche ? voyage debout garanti…

C’est la faute à personne. Tiens, ce matin : restitution de travaux à Noyon, conditions météos (si si, pourtant ni gel, ni grosse pluie ni neige…) et inévitablement trains en panne.

Notre argent ne va visiblement pas dans l’info, pas dans la maintenance non plus (que celui qui n’a jamais été victime du « problème de porte » me jette la a première feuille-sur-voie). Il ne va pas en personnel terrain, pas en services aux voyageurs (redirigés vers leurs applis) pas plus qu’en micros dans les trains, parfois chauffage et en tous cas confort de voyage pour les trains du quotidien…

Il va en communication, en séminaires, en affiches inutiles et autres robots débiles et infantilisants. tu aimes ta gare ? appuie sur le bouton vert…

Liberté (de circuler), oui… mais en mode collé-serré-retardé
égalité (devant les galères), OUI. sur tout le territoire… cocorico!
Fraternité ? #DTC parce que la fatigue, le stress et le ras le bol ne poussent pas à être accommodants ni souriants. C’est la jungle, les transports en commun. C’est chacun pour soi.. Faut-il avoir fait Sciences Po pour comprendre qu’il en ressort jamais rien de bon de la colère et de la frustration ?

Je ne sais pas combien ça nous coûte, le train.
Mais je sais combien il me coûte désormais de prendre le train pour aller travailler.

 

Disponible chez Décathlon. Protège notamment du frottement…

Publicités

Quel avenir pour le TER dans la région Hauts de France ? (merci Amélie)

Compte rendu du colloque du 17 octobre 18 à Lille

Laurent Kestel, Auteur de « En Marche Forcée »
4 points qui induisent un avenir négatif pour le TER
L’état ne joue plus son rôle pour l’aménagement du territoire.
La baisse des moyens financiers des AO (autorité organisatrice)
La modification du TER au fil des ans
La croyance générale qui voudrait que la concurrence résoudrait tous les problèmes

Pourtant :
La concurrence n’améliorera pas la vétusté du réseau.
Un service public ne devrait pas être jugé pour sa rentabilité. (ndVamtuer : déclinable en personnel hospitalier, ehpad, sécurité. D’ailleurs, les politiques sont une dépense publique non négligeable… se soucient-ils de leur propre rentabilité?)
Il faut redonner son sens initial au service public ferroviaire pour lutter contre les inégalités sociales et territoriales.

Florent Martel pour SNCF, Directeur Production Hauts de France
Il faut redresser 2 points essentiels
➢ La production (régularité, composition) est particulièrement chahutée depuis l’automne 2017 (ndVamtuer : on lui dit ? on n’a pas la même appréciation de date) 
➢ Le déficit d’information voyageur lors de situation perturbée en gare et à bord (ndVamtuer : on le demande depuis Fev2012)

Des programmes de progression sur ces points sont actuellement en cours :
➢ PRISME : concerne la sécurité des circulations ferroviaires et des personnes afin que la SNCF reste une référence à ce niveau.
➢ Dispositif H00 : Départ des trains à l’heure
➢ FIRST : Amélioration de l’information voyageur
SNCFVamtuer salue l’inventivité des noms et autres plan d’urgence… c’est qu on en a bouffé depuis 6 ans, sans en sentir les effets bénéfiques

Christian Steff pour SNCF Réseau
Les moyens financiers sont davantage dirigés vers le réseau structurant (les lignes les plus utilisées). Il faut améliorer les nœuds ferroviaires comme Creil et Lille.

Christophe Lienard, Président de la maison régionale de l’environnement et des solidarités
Les transports représentent 30% des émissions de gaz à effet de serre. Le TER a un bilan carbone 6 fois inférieur à la voiture individuelle. On dénombre prés de 40 000 décès prématuré en France dû à la mauvaise qualité de l’air.

Jean Carl Millet pour UNSA
L’ensemble des acteurs ferroviaires a une responsabilité dans la situation actuelle du TER mais également dans son avenir.
La région est acculée niveau budget car l’état ne joue plus son rôle et (continue à…) se désengage(r) financièrement, ce qu’il ne doit plus faire. La concurrence va déséquilibrer le système ferroviaire. Le TER est financé à 75% par les régions et à 25% par les usagers. Le TER doit être un élément d’attractivité des territoires, l’état doit être un état stratège et doit avoir une politique ambitieuse.

Julien Taillez pour la CFDT
Combien coûte la route aux Français? 50,5 Milliards d’euros, 16,8 Milliards juste pour les accidents de la route, c’est à dire que la SNCF coûte moins cher que les accidents de la route. Le rail et la route doivent être complémentaire, le train doit être au cœur de la mobilité. L’avenir du TER c’est la multimodalité tournée vers le train.

La SNCF ne doit pas voir que l’aspect financier.
L’AO (autorité organisatrice) doit être plus claire dans ses demandes et à l’écoute des usagers et des cheminots (qui sont des spécialistes dans leur domaine).
Les syndicats doivent être à l’écoute, acteur dans le futur du TER et de la SNCF.

Association A Fond De Train : Qu’en est il du déficit de matériel?
Florent Martel : Nous disposons de 248 rames dont 20% du matériel est neuf. 19 rames sont en cours de commande. Dans l’ensemble le matériel est disponible mais généralement pas à l’endroit où les besoins sont.

OBSERVATION :
Maire de Commune du NPDC
« Nous payons 25 ans d’une politique d’austérité. L’invasion du routier est totale, la saturation routière en ville également. Sans parler des problèmes sanitaires liés à la pollution, »

La convention TER HDF, quels moyens pour quels besoins?

La convention TER doit être une convention de haut niveau, il faut remettre le ferroviaire au cœur du développement du territoire, le train doit être un maillon fort notamment pour l’écologie.

Les CRAINTES portées par les usagers et les cheminots :
Moins de sécurité? Moins de trains? Moins de lignes? Moins de guichets? Moins de personnel à bord des trains?
Alternative à la route? La route a ses limites et un impact négatif sur l’environnement. Le fret a été sacrifié au tout routier…
Actuellement les usagers se plient au plan de transport alors que ce dernier devrait être adapté aux besoins des usagers.

Franck Dhersin, VP Transport HDF
La région dépensera plus pour cette nouvelle convention. Il y aura + de trains, + de fauteuils disponibles en gare. Notre objectif reste le « A l’heure, Assis, Avertis », une meilleure qualité de service. On paye aujourd’hui 40 ans de désengagement de l’état, le tout TGV. Nous voulons le maintien d’un maximum de présence humaine en gare et dans les trains. Nous ne voulons aucune fermeture de lignes ferroviaires.

Frédéric Guichard pour SNCF, Directeur Régional Mobilité HDF
Nous souhaitons ramener nos voyageurs dans nos trains en améliorant (en progressant) les coûts, la qualité de service, la régularité. Nous sommes conscient des difficultés des AO et nous voulons satisfaire notre AO et les usagers. La convention comportera + de trains, + d’offre et la reprise des trains Intercités.

Bertrand Pericaud, PCF
Le maintien des lignes est un point positif. Il est normal d’éprouver de l’inquiétude concernant les propos de X.Bertrand concernant l’ouverture à la concurrence, c’est une déclaration de guerre à tout ceux qui sont attachés au service public. La concurrence n’est pas la solution, le fret en est la preuve. Il faut savoir tirer les enseignements (négatifs) de la concurrence du Fret. Nous avons besoin de cheminots confiant dans leur avenir à la SNCF.

Réponse de F.Dhersin à B.Pericaud :
La concurrence est un sujet de discorde avec les syndicats. Nous ouvrirons de 10 à 15% des lignes de la région HDF à la concurrence dans au moins 3 ans.
Nous avons besoin de faciliter les déplacements en train avec les vélos.
Le déficit des IC s’élève à 40 millions d’euros, l’état compense à hauteur de 15 millions! Nous augmenterons le nombre de TERGV de 40% pour le même prix.
Nous posons la question d’un possible TERGV à Amiens. Nous souhaitons utiliser les rames et le personnel au mieux. Le Fret ferroviaire est important, il a été abandonné, il est en mauvais état. Je veux trouver des moyens de le relancer, il est essentiel à l’écologie et doit être complémentaire au canal Seine Nord. Il faut développer l’intermodalité.
On pouvait résoudre les problématiques sans toucher au statut des cheminots.

Gilles Laurent pour la FNAUT
Nous avons fait des propositions pour l’amélioration du service, afin que le service triple A (A l’heure, Assis, Avertis) (merci SNCFVamtuer, hein 😉 soit effectif à bord des TER. Demandes :
➢ Un véritable cadencement
➢ Des correspondances fiables
➢ Que les usagers du TER puissent emprunter les TGV circulant sur ligne classique
➢ Une amélioration du logiciel de vente
➢ L’amélioration des liaisons inter régionale
➢ Que les gares deviennent des pôles d’informations intermodales
Le renouveau des fiches horaires papier
➢ Le développement des accès PMR
➢ Le maintien du tarif guichet à bord
Le maintien des guichets
➢ Le développement des espaces vélos
➢ Une refonte du système d’indemnisation
➢ ………
Au niveau national, 10% des trains sont en retard, 2% sont supprimés, 4% sont déprogrammés! Cela fait 16% de trains à problèmes. Nous sommes opposés aux transferts sur route. Nous ne sommes pas des usagers de seconde zone, nous voulons + de transparence. Nous n’avons aucune information concernant le SA 2020.

Marc Lambert pour Sud Rail
L’ouverture à la concurrence est une erreur stratégique, elle ne répondra pas aux difficultés. Il faut augmenter les moyens humains et financiers. Le service public n’a pas à être rentable. La qualité du service public est en jeu pour les usagers, l’avenir de milliers de cheminots est en jeu.
Maintien d’un ASCT (Contrôleur) avec missions de sécurité par train? Fermeture de gares?
Horaire des guichets?
Les guichets TER seront ils remplacé par le camion de vente ambulante?

Laurent Brun pour la CGT
L’avenir du TER est lié au désengagement de l’état et au sous investissement. La notion économique transforme négativement le véritable but du service public. Il faut limiter la croissance du routier et développer une offre massive du TER en faveur de l’écologie. Le budget alloué au transport ferroviaire est loin d’être suffisant. Les contraintes techniques de l’univers ferroviaire ont menés à un monopole naturel de la SNCF.

F.Guichard en réponse :
L’offre 2020 sera en rupture avec l’offre actuelle. En effet 63% des usagers utilisent le train hors période de pointe, il faut adapter l’offre horaire. Il nous faut augmenter la régularité et la qualité de service (les équilibres courts seront retravaillés). Il y a de fortes attentes de progrès et notamment en Picardie. Nous devons évoluer vers un meilleur service en prenant en compte l’aspect financier.

F.Dhersin en réponse
Les premières classes seront supprimées sur les Intercités.
Les usagers de l’Oise sont traités de façon catastrophique, il y a un réel problème humain.
Nous ne souhaitons pas de fermetures de ligne car les lignes sont utiles à l’aménagement du territoire. Nous allons développer les petits prix, la convention devrait être signée pour une durée de 6 ans. Il est possible que nous développions un Intercité Paris Amiens Boulogne Calais.

Amélie R. (ASCT à Amiens) auprès de Mr Guichard
Concernant l’information voyageur, il faut que les informations descendent de manière plus rapide et plus précise aux agent en gare et à bord car pour donner l’information, il faut la détenir.
La Communication et l’information voyageur sont des compétences qui s’apprennent et qui se perfectionnent. Proposition d’incorporer une véritable formation de prise de parole et communication (vulgarisation des termes techniques ferroviaires), afin que certains agents puissent se sentir plus à l’aise dans ce domaine et que les usagers obtiennent de véritables informations et explications.

merci Amélie