Que la fête (re)commence ?

Le Collectif se dépeuple de ses membres originels… Certes, on suit encore sur Twitter les tribulations de David, Thomas et les autres Mais pour Bernard, Lauriane ou d’autres, c’est « courage, fuyons ».

On avait espéré que l’arrivée des nouvelles rames allait signifier que nous irions tous au paradis, enfin à Paris. Mais c’est encore une successions d’étranges voyages et on se demande chaque fois que  les vécés sont fermés de l’intérieur ou qu’on voyage  le cul par terre « mon Dieu, comment suis-je tombé si bas » ? C’est l’enfer... Ridicule !

On se prend à regretter d’avoir snobé les clés de bagnoles…   et d’avoir joué à  l’homme du train.

On sait déjà qu’on sera là à la même heure, l’année prochaine. Probablement encore en train de rrrrrrager

On sait déjà que ce combat rappelle celui de l’homme de la Mancha

Mais on va continuer… On va recruter, on ne fera pas cavalier seul

l-homme-du-train

 

Publicités

Voici le SOS, d’un renard en détresse…

Aujourd’hui, à cause du trou entre 14h et 15h37, je suis rentrée en RER D.

Aujourd’hui, en plein jour, j ai eu peur et je me suis rappelée pourquoi je déteste prendre le RER.

Quelques minutes après le départ, des cris. Une jeune femme parlant très fort sur la plateforme. On ne saisit pas ce qu’elle dit, mais ça semble assez étrange pour que le wagon entier se retourne dans sa direction. D’autant que le gars à qui elle s’adresse lui répond. Et ce qu’on entend c’est « appelez la police« . L’espace de quelques secondes, j’ai l’impression qu’il appelle à l’aide. Mais en réalité, il défie quiconque d’appeler la police et de toutes les personnes regardant dans leur direction – ma blondeur chimique tranche ? – (et avant toute interprétation douteuse, je suis mi-chti, mi-sarrazin) il se dirige vers moi en braillant… Confusément… Mais pourtant je comprends vite que j’ai intérêt à ne pas broncher, voire à prétendre que je crois qu’il regarde ailleurs. Courageusement, trois hommes se lèvent et fuient vers la tête de la rame.

J’attendrai deux arrêts pour changer de wagon. Parce qu’entre-temps, ne sachant quoi faire et dans l’impossibilité (drame du RER) de changer de wagon j’ai lancé des SOS au super numéro d’urgence 31117. Heure, rame, arrêt…

Et bien RIEN. Si je dramatise, j’aurais pu crever sur place. AUCUNE REPONSE.

Mon seul accompagnement a été le super CM du fil twitter @RERD_SNCF. Vraiment merci à lui !

Qu’on ne vienne pas me dire qu’une présence de chef de bord n’est pas utile;

Qu’on ne vienne pas me dire que des caméras à bord me sauveraient;

Qu’on ne vienne pas me vendre un produit qui n’est que de la poudrOzieux…

Parce que ce n’est pas la première fois que je tente ce numéro.

🎶 tassés comme jamais 🎶


Depuis une dizaine de jours, c’est comme au mauvais vieux temps matin et soir. Et ca va durer encore jusque demain, voire lundi.

Explications du Directeur Régional :

« nous avons endommagé les pantographes (appareils permettant de capter l’alimentation électrique de la caténaire) de plusieurs rames et locomotives. Nous avons donc, très probablement, à un endroit du réseau, un point provoquant ces casses. La difficulté de ce type de problème est que la cause n’est pas forcément visible à l’œil nu. Compte tenu des lieux de passage des différents engins endommagés, nous ciblons la zone de Creil et nos techniciens sont à la recherche du défaut.

La cause du défaut peut être d’ordre technique ou consécutive à un acte de malveillance. A ce stade, il est impossible de se positionner sur ce point.

De ce fait, nous avons un nombre de locomotives réduit, ce qui limite l’utilisation des rames V2N : 5 rames hier soir et ce matin – 6 rames ce soir. En conséquence nous utilisons d’autres rames en réduisant la composition de certains trains. Ceci dégrade donc les conditions de transport de nos voyageurs.

Nous allons organiser demain un envoi en réparation de 4 locomotives et nous allons en dépanner une cinquième sur site. Cela doit nous permettre de retrouver la totalité des rames V2N en fin de semaine.

Nous procédons également à la réparation des pantographes d’automotrices à 2 niveaux (type 26500 ou TER 2NNG).

Sauf à endommager de nouveaux engins, nous devrions retrouver une situation assainie en début de semaine prochaine. »