La vérité, c’est pourtant … #Capital

Soirée services public : argent gaspillé hier soir dans Capital.

Un rappel que le mensonge peut prendre des formes différentes.

Le mentir simplement (je mesure 1,76 et j ai les yeux verts sur meetic, pour pécho un gars qui s’avérera plus Robert que  Redford…)

Le mentir par omission ou demi-vérité (techniquement oui, quand un agent découche il dort à l’hôtel, mais c’est pas le Hilton etc.et de façon biaisée… Parlons des fonctionnaires qui gagnent 10 ou 15 000/mois, ceux dont le grand public ne connait pas le contenu des postes, car éloignés du service au public, et cessons de chier sur les infirmières, les agents de territoriales ou le personnel enseignant.

Et le mentir par manipulation des téléspectateurs en induisant sournoisement des idées dans les cerveaux.

3qi7f7o5feexcavtmsy3hx2smrg

Florilège ci-dessous :

«En France, nous sommes les champions du gaspillage de l’argent public, mais il existe des initiatives régionales positives», explique Bastien Cadeac. Capital examine tout d’abord les 280 milliards d’euros de frais annuels des 5,5 millions de fonctionnaires. Le sujet s’attache à la fonction publique territoriale à travers l’étude du temps de travail inférieur à la durée légale, du taux d’absentéisme, qui a bondi de 26% en huit ans (Sofaxis) et du régime des retraites, qui s’appuie sur les six derniers mois de salaires gonflés par une promotion ritualisée. «Nous montrons aussi que certains maires ont déjà pris l’initiative d’installer des badgeuses, comme à Poissy (78), ou d’instaurer une prime à la présence, comme à Florensac, en Occitanie», souligne Bastien Cadeac. (induit : tous des branleurs à la Territoriale)

Avec 4 milliards d’euros de gestion, le coût des TER a doublé en dix ans; 1 milliard est financé par le prix des billets et près de 3 milliards par les régions. «La SNCF a nommé un cost-killer, Franck Lacroix, pour une mission de rationalisation, Cap TER 2020. Capital étudie les incohérences, la fraude, les retards. » […] pas dit : le cout de ce cost-killer, la réalité du nombre d’agents terrain versus agents encadrants etc.

À savoir

Dans le rapport de la Cour des comptes de février dernier, les chiffres alertent gravement sur la situation de la France: 3,5 millions de chômeurs; 8,8 millions de pauvres; 1,1% de croissance; 48,1 milliards de déficit commercial; 2 160 milliards d’euros de dettes. Pourtant la masse salariale de l’État va augmenter en 2017 autant que sur le total des six années 2011 à 2016… pas dit : répartition réelle des salaires petite fonction publique, haute fonction publique

Nous tenons en tout à la vérité, la probité et l’exactitude. Seule base de communication réelle, de respect du lien entre les hommes et de chance de faire qu’une société avance ensemble et non les uns contre les autres…

PS : nous bossons dans le privé…

 

Bilan de printemps

Où en sommes-nous du triple A ?

Assis ? c’est encore aléatoire : les récurrences de pannes sont encore trop fréquentes et génèrent (au choix) des suppressions, des compos courtes et parfois « seulement » des retards »

A l’heure ? voir ci-dessus… problème sur train, « +15, +25 etc. »

Avertis ? oui! le fil Twitter est devenu pro-actif ! Nous sommes passés d’un service minimum et frustrant, à une petite amélioration puis à une embellie. Abonnez vous au @picardie_ter

Points circulations, réponses aux questions de 5h30 à 20h30.
Nous avons suggéré une dernière modif : que les numéros de trains soient complétés par des infos types « départ PNO telle heure/arrivée … » pour ceux d’entre nous – et nous sommes la majorité – qui ne connaissons pas nos trains par numéros.

Nous sommes en mars. Les nouvelles rames tant attendues sont arrivées. Elles seront en service dès cet été. Espérons que nous ne manquerons pas de conducteurs 🙂

et notre intervention d’hier sur le barreau Creil Roissy, c’est ici, vers 3 minutes : France3 picardie, reportage de Pierre Guillaume Creignou

renard printanier – autoportrait circa 2017

 

 

Hommages

Vendredi, alors que nous nous apprêtions à râler en transférant via Twitter les infos perturbations du matin, nous avons reçu d’un Sneufien la raison des retards : un agent caténaire avait perdu la vie, electrocuté sur son lieu de travail, par son outil de travail. Nous tenons à présenter nos condoléances à son épouse et à ses 4 petits. Il n’avait que 38 ans.
Sa mort rappelle les risques de certains métiers.

Merci à tous ceux qui, ayant eu l’info via note fil Twitter, ont su rester patients et respectueux.

Ce matin, nous apprenions le décès d’un autre agent, mais cette fois il ne s’agissait pas d’un accident du travail. Edouard (42 ans) s’est jeté sous un train. Les causes avancées tiennent du harcèlement pour ce militant (je rappelle que ce n’est pas un gros mot) prompt à défendre ses collègues malmenés.

En prenant le temps de lire les rapports et communiqués ici, dans le Figaro , CNewsmatin ou sur ce blog « révolution permanente » , j’ai retrouvé des mots, des phrases, des situations entendue ou même vécues et ça a réveillé une grande colère.
Oui, une colère contre les humains qui se prêtent au jeu du harcèlement envers leurs collègues ou subordonnés, oubliant que la vie n’est pas un jeu, que le monde du travail ne doit pas ressembler à une partie de bras de fer, que la fin ne justifie jamais tous les moyens.

Honte à ceux qui, pour faire l’économie de 3 francs 6 sous (mais sur les autres, rarement sur eux-mêmes), pour réduire une masse salariale ou casser une personnalité jugée trop forte et donc dérangeante en arrivent à se déshumaniser, se foutant des cassures imposées, brisant des vies au passage.
Honte à eux d’oublier que nous avons tous droit au même respect.
Honte à eux de tuer l’esprit puis le corps.
Et respect à ces deux cheminots.