Forfait spécial – grève des usagers

Courrier envoyé vendredi à
Jérôme Fontaine Jacky Lion
Dominique Normant
Emmanuel Gérard

Copié aux elus
Xavier Bertrand
Gerarld Darmanin

« Apres des semaines difficiles – retards e­t compos courtes sont devenues la norme -­ impossible d aller travailler ce matin.
Nous demandons le remboursement integral­ des abonnements de mai et celui à venir ­de juin.
Nous encourageons les usagers à presente­r un billet « usager vache à lait » aux con­trôleurs.
Le service n est plus lamentable : il es­t inexistant

Collectif SNCFVamtuer »

Ci-dessous, votre billet renard, à présenter sur demande ou (si vous êtes gentiment barré comme moi :p ) spontanément en expliquant posément pourquoi vous êtes en grève. En cas de problèmes, sortez vos photos de trains bondés, montrez le fil twitter ou ce blog… et rappelez-leur si besoin : nos conditions de transport, leurs conditions de travail…

Nous accompagnons la demande de SOS Usagers pour la gratuité sur notre ligne sinistrée en juin et le remboursement de l’abonnement en cours. Et puis deux trois bricoles (oui, faut lire la partie gauche du billet)…

Bons trajets à tous

 

billet renard 2016

je ne paie PLUS

Pepy,tu me poses un problème.

D’abord, permets moi le tutoiement.

Depuis 2012 que tu occupes mes pensées et te rémunères via mes impôts (sans jamais pour autant te sentir redevable; le syndrome de l’imposture, visiblement, c’est pas un cas de conscience pour toi) , je sens comme un lien passionnel avec toi. Tiens. Passion. Quand on voit de combien écope cette bimbo de Nabila pour des coups de… bref…

Allez, Guillaume… je me lâche.

Tu m’emmerdes. Tu pourris ma vie, celle de milliers d’usagers partout en France, celle de beaucoup de tes employés (qui sont venu signer cette demande de démission à égalité avec « nous »)

J’en ai marre de ta gestion capétienne de mes transports quotidiens.
J’en ai marre de payer pour un service que je ne reçois pas.

Je vais dorénavant voyager avec un billet factice, MON billet renard.

Envoie-moi la Suge, envoie moi tes escouades de contrôleurs plus ou moins privés, je ne paierai plus que le dernier jour du mois en fonction du service que j’aurai reçu.

Comme toi avec tes factures. Je ne t’imagine pas une seconde payer ton chauffeur s’il te fait voyager dans le coffre ou s’il oublie de venir te chercher…

Voilà, c’est décidé.

Après une gestion quotidienne lamentable, une communication sur les travaux ultra légère – ha, si tu pouvais mettre tes euros pour ça plutot que tes spots télé en prime time – , ta gestion de cette grève pourtant bien anticipée (des trains trop rares et COURTS!!!) , ton silence « dialogue social » dont nous sommes le dommage collatéral, bref ton indifférence auront eu raison de ma rage contenue depuis 2012.

Je ne te souhaite pas une bonne soirée. Tu viens (encore) de flinguer la mienne.

17 mai. Travaux, grèves et… la routine en sus : à quel sein se vouer ?

Desproges disait « Si vous avez les seins qui tombent, faites-vous refaire le nez, ça détourne l’attention. »

C’est visiblement la méthode SNCF :

le sein gauche pendouille : la gestion de nos TERs est merdique, aléatoire et pue l’amateurisme. La preuve ce matin.

le sein droit clapote comme un gant de toilette humide : la gestion et l’écoute du personnel ou de l’usager est inexistante. Plus sourd que la SNCF, y’a pas…

Balotté entre ces deux seins mous, l’usager – pas le client – l’usager. Ou l’usagé. Au choix.

Un jour normal, il subit retards, compos courtes et n’a comme interlocuteur que le personnel terrain, pas toujours informé, fatigué lui aussi d’être punching ball au devoir de réserve, toujours en première ligne. Ou reçoit des réponses d’une vacuité effrayante. Je pourrais les rédiger en avance. C’est dire…
Un jour de grève, il jongle, calcule et tente d’anticiper. C’est compter sans les pannes de signalisations, et autres mouvements locaux spontanés… C’est compter sans l’accumulation de nos problèmes récurrents. Pour 2 jours de grève annoncés, 4 jours de merdes. reconductibles.

Nous, usagers, demandons officiellement à nos responsables politiques régionaux d’intervenir pour forcer le dialogue au sein de la SNCF. A cesser de propagander sur l’hyperloop quand nous ne vivons que des hyperloupés.

Nous, usagers, souhaitons voir sur le terrain les décideurs, ceux qui peinards entre 9h-18h prennent des décisions en serrant les fesses « pourvu que ça passe » puis pensent à autre chose dès le popotin posé dans leurs voitures (de fonction, parce que le train, c’est pas assez fiable pour leurs agendas de travail).

Nous payons nos abonnements. Nous contribuons via nos impôts. Nous avons droit à un service digne des travailleurs que nous sommes.

La compréhension des employeurs n’a qu’un temps.

Exemple concret du 17 mai :
à rieux depuis 7h30 mais aucun train… Le 1er à passer est le 8h36. Inadmissible ! Grève + travaux + pannes à répétition = ?