Triple A, et caetera.

Deux infos importants pour nous usagers, cette semaine :

  • La convention TER – région a (enfin ) été signée
  • Les horaires du SA2020 sont publiés

A propos de la Convention (c’est à dire le « contrat » qui lie TER, fournisseur de service et la région, décideur-payeur)

Cette année, les collectifs et associations n’ont pas été directement associés à sa rédaction. Et vous avez pu vous rendre compte que cela ne nous perturbait pas plus que cela. Pourquoi ?
D’abord parce que nous avons communiqué nos souhaits en continu.
Ensuite parce que nous militons pour le Triple A. Etre Assis, A l’heure et Averti. Et ce que cela est inscrit dans la Convention.
Assis
Dans des trains suffisamment capacitaires aux heures de pointes, avec de la place pour les humains, les valises (surtout en début et fin de semaines), les vélos et anticiper l’arrivée des trottinettes qui doivent trouver leur place puisque tout nous pousse vers ces modes de déplacement.

A l’heure
parce que nos emplois dépendent de cette faibilité. Nos vies de famille aussi.
Avertis
parce que l’info, pour nous, prime sur la comm’. Et que le budget comm’ de la SNCF (totalement indécent) devrait être inférieur à celui consacré à l’information des clients/usagers.

* * *

Voici les quelques notes sur la Convention, en complément de ce que vous aurez pu entendre ce matin sur France3 Picardie à 11h30 (lien du replay).
Nous avons été conviés par la région il y a quelques semaines (mais discrétion demandée donc respectée jusqu’à la signature) pour une présentation de ce qui va régir la relation SNCF-Région

Par rapport à ce qui est signé, déjà une modification qui fera plaisir à l’usager : Xavier Bertrand, par la voix de son VP Transport Mr Dhersin s’engage à ne pas appliquer d’augmentation (1,9% prévu) durant la durée de son mandat (il ne peut s’engager sur les potentiels successeurs). Tant que la production n’est pas bonne, cela nous semble la meilleure décision pour l’usager.

Nous – et les autres collectifs présents – avons regretté l’absence de mention du vélo à bord des trains. Pour rappel, sur les TER #HautsdefFrance l’accès à bord est gratuit, cependant nous souhaitons tous que leur emplacement « existe », afin que tout le monde cohabite à bord, pour des raisons de sécurité, bien sûr, et pour ne pas accentuer cette sensation déjà forte d’être transporté en mode cargo quand on part travailler.

Nous avons également regretté que TER n’anticipe pas plus les besoins des personnes à mobilité réduite. On se souvient du tweet stupide du Community Manager de la SNCF qui estimait qu’un voyageur doit être 100% autonome quant à ses bagages, et aujourd’hui le service à la personne vulnérable/handicapée doit être prévu 24H avant le voyage. Nous savons tous que cela n’est pas toujours possible, pour des raisons imputables à la vie en général, au sens de l organisation des uns et des autres et à la disponibilité des/ou accès aux agents SNCF.

La Région s’engage à ne pas fermer de gare ou de guichets (hélas cet engagement ne peut concerner les décisions prises antérieurement) et à conserver la présence d’un Chef de Bord dans les trains.

Pour une amélioration espérée de la production, le technicentre d’Amiens est attendu comme le Messie.
Nous avons réitéré notre demande pour une info sur la composition des trains également (via le fil Twittter ou les SMS).

En ce qui concerne l’ouverture à la concurrence, elle touchera 20 à 25% des lignes, incluant Paris Nord. Les cahiers des charges seront identiques pour tous les acteurs -SNCF et concurrents. Les usagers pourront emprunter indifféremment les prestataires avec leurs abonnements. Il faudra rester vigilant pour le le nouvel opérateur ne fasse pas d’économie sur la seule variable ajustable : le personnel.

Là où un opérateur non-SNCF pourra faire la différence pour nous, usagers, sera à notre avis sur la fluidité et rapidité de l’information aux voyageurs. Nous dénonçons depuis des années le mille-feuilles touffu dont souffre tant le personnel sur le terrain que l’usager. Est-ce qu’un nouvel opérateur saura se passer de cette comm’ interne hyper-labyrinthique ?

La Convention ne concerne pas que les abonnés. La Région a décidé de gammes tarifaires qui inclut des tarifications sociales.
Nous avons toujours pris garde, chez SNCFVamtuer, à ne pas mêler orientation politique à notre militantisme. Nous souhaitons continuer ainsi. Cependant, il serait injuste de ne pas écrire ici un propos de Mr Dhersin lors de cette réunion qui nous a semblé essentiel : « bien que libérale, la politique de la région Hauts de France est orientée vers une égalité des droits pour chacun dans les domaines de la santé, de l’éducation et du transport« .

Notre mission, en tant que Collectif est d’accueillir positivement cette déclaration et de veiller à ce que les actes suivent ces paroles 🙂

A propos des Horaires du SA 2020
En ce qui concerne la ligne 23, nous avons comparé avant/après pour les TER marquant des arrêts à Chantilly et Orry. Voici les changements notables :
Vers Paris (horaires à Orry):
Le 6h35 devient 6h22
Le 11h01 disparait
Vers la Province (horaires PNO)
Disparition du 20h49

Droit de retrait du jour : une autre voix pour d’autres voies

Oui, la surprise était de taille pour beaucoup d’usagers ce matin, des cheminots exerçaient leur droit de retrait. Trafic inexistant pour Beauvais, hyper léger pour les autres lignes.

Oui, l’usager, qui souffre déjà pas mal des retards et des compos réduites, s’est senti une fois de plus « victime collatérale » d’un bras de fer entre la base, le terrain et les hautes sphères.

Entre ceux qui ne sacrifient pas leurs budgets comm’ et ceux qui ne sont qu’une variable économique d’un système qui se veut public mais se vit privé.

Pourquoi ce droit de retrait?

Parce que mercredi un abruti a défoncé un passage à niveau sous le nez d’un TER.

parce que le conducteur, seul Sneufien à bord, choqué et blessé, ne pouvant alerter via son matériel plus qu’endommagé a marché seul, fumigène rouge en main et barda sur le dos en direction du train croiseur

et que ce faisant il a abandonné 70 personnes à bord du train (une dizaine de blessés, deux femmes enceintes). personne pour les encadrer.

Bref, hier a été LA démonstration que la présence d’un chef de bord est une nécessité.

Dommage que les différents mouvements sociaux à ce sujets aient été noyés dans d’autres, dommage que les pétitions des usagers n’aient servi à rien, dommage que seul l’électrochoc du droit de retrait sur beaucoup de lignes en France ait été la façon de faire entendre la voix de ceux qui ne réussissent pas à se faire écouter des oreilles pensantes.

Intervention hier de la Région Hauts-de-France : il n’y aura pas de nouvelles lignes sans présence de chef de bord (on déplore que Gewerc, en son temps, ne s y soit pas opposé pour Beauvais…)

Réaction du secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, au discours ego-trottoir, qui conteste la légitimité de ce mouvement déclenché sans préavis. « Dire que l’on opère un droit de retrait qui n’en est pas un, c’est pénaliser l’usager », a-t-il lancé. « On n’instrumentalise pas un événement de sécurité pour faire valoir une position politique. La CGT conteste que les conducteurs de trains soient seuls, c’est le cas depuis dix ans », assure-t-il.

Il a raison, la CGT – mais pas que – contestent. Et c’est comme si on pissait dans un violon…

Du bon sens

Mairie de Lamorlaye

Mairie de Coye

Messieurs,

Il y a de longs mois déjà (décembre 2017), dans un effort pour désengorger le parking de la gare d’Orry-Coye la Forêt – et en anticipant involontairement les vagues vertes électorales – vous aviez fait partie des élus qui aviez directement ou via vos représentants voté pour l’augmentation de 36% du tarif . La contrepartie était la construction d’un abri à vélo «sécurisé » toujours attendu, pour notamment les vélos électriques trop coûteux pour être laissés à la tentation des grigous toute une journée.

Filtre efficace : le parking déborde nettement moins, les plus modestes ou les plus soucieux d’écologie ayant troqué leur moteur contre d’autres moyens.

Côté Coye, on a encouragé la marche à pied, le vélo, le blablacoye et le stop « rézo pouce ».
Côté Lamorlaye on a promis une navette qui viendrait compléter le service le la Ligne 14 dont se plaignent tant les parents des usagers scolaires que les usagers des gares et dont on désespère qu’elle réponde un jour aux besoins…
Permettez-moi cependant de douter que l’un d’entre vous utilise au quotidien si ce n’est les transports en commun, au moins ces moyens de locomotions doux.

Nous avions tenté de prendre contact avec les délégués transport de Lamorlaye pour demander d’étudier la navette qui allait être mise en place – et qui inévitablement allait traverser Coye la Forêt – marque un arrêt. Pas de réponse.

Depuis la navette a été annoncée à grand renfort de 50 nouveaux panneaux dans tout Lamorlaye. Elle complète habilement la L14 avec une desserte du 5h59 Orry et d’un train vers 20h00.

Nous avons eu, Monsieur Moula, un bref échange sur Twitter.
Vous vous souviendrez de ma question « comment envisager une fusion des communes si on n’est pas fichus entre voisins de penser ce projet commun ». Votre réponse : la Communauté de Communes n’a pas voulu prendre cette dépense à son budget (pas surprenant, sinon autant mettre des sous pour améliorer la 14 par exemple) et « pas facile administrativement de monter ce type de projet ». Ce qui ne me convainc pas du tout. Parce que comme je vous l’ai dit, c’est un peu mon boulot de faire des protocoles qui font travailler ensemble des administrations très différentes, même à l’international. Bref, quand on veut, on peut.

Vous avez été sollicité, Monsieur Deshayes, sur Facebook par des gens du groupe que vous y administrez.
Votre réponse a été « on observe et on verra ensuite »

Sauf que… le concret, c’est aujourd’hui, c’est maintenant (surtout pour un projet pensé depuis tant de temps!)

Ce matin, au réveil, état fiévreux. Impossible d’envisager la montée vers la gare à pied. Pas dans cet état. Pas chargée. Pas à 5h30 du matin. On ne peut pas non plus opter pour rezo and co au débotté.

Je décide donc de prendre ma voiture. Et mon mari, qui lui de son côté terminera tard sans certitude d’horaire devra prendre la sienne. Deux véhicules.

Je ne parle pas du coût du parking, j’ai gagné au loto, c’est cadeau.

Inepte…

Non je parle de bon sens : j’ai croisé la fameuse navette VIDE comme souvent à cet horaire. C’est moi qui ai ramassé 2 personnes dont une avec valise dans la montée.

Je ne sais pas combien ça rapporterait en participation cette navette, Monsieur Moula, mais je serais curieuse de savoir combien ça vous coûte de la laisser monter VIDE.

Pour le bien de vos administrés respectifs dont une majorité d’actifs travaille à Paris, pour le bons sens, pour l’écologie, parlez-vous !